Et Bim ! Moi aussi j’ai été blessée.

Je me suis fait Lyvia-ée !

Ouai j’ai cherché un truc mieux, j’ai pas trouvé ! Mais on se comprend, pas vrai ? Sauf si tu connais pas Lyvia. Dans ce cas, va donc rattraper ton retard par là : le site de Lyvia Cairo.

Tu te souviens de mon article “J’ai longtemps cherché ma mission, j’ai trouvé”. Eh ben j’avais pas tout pigé ! Pas encore. C’était pas encore assez fort. Mais ça c’était avant !

Avant de faire une session improvisée de “déblocage” avec Lyvia. Une simple discussion à la base.

Plus tôt on avait parlé blessure.

Je me suis toujours considérée comme très chanceuse. Une enfance heureuse : Née en France, J’ai grandi dans une famille avec 2 parents. Pas d’histoire d’abandon, de drogues, de problème psychiatrique, d’accident. Pas de trauma quoi.

Alors comment parler de blessures, c’est le monde des bisounours dans ma tête !

Mais en fait je suis comme tout le monde, je suis née et puis j’ai été contrariée par la vie hors bidon maternel, et je suis moi aussi ( un peu ) fucked up !

Ma blessure donc. Ce que j’ai appris, re-compris, digéré, apprécié et ce que j’utilise pour avancer.

 

Cet article est incroyablement personnel, j’en ai bien peur.

Alors que je croyais que ma blessure me venait de mon père, je comprend qu’elle me vient de ma mère.

Oui, mon petit ! Aucune originalité ! C’est Papa Maman qui t’ont ( un peu, beaucoup, fais ton choix) fucked up. Si tu crois que t’échappes au cliché, revois ta copie.

Ma mère est une femme extraordinaire. Je n’ai jamais vu une femme aussi forte. Physiquement, mentalement.

Du genre à maintenir le lien familiale, à avoir pour chacun toutes sortes d’attentions.

Du genre à travailler 18h par jour.

Du genre à soulever des montagnes sans jamais se plaindre.

Yep, une force de la nature.

Et c’est aussi une femme qui s’oublie. Derrière sa famille, derrière ses enfants, derrière son mari.

Et ça, ça m’a fait mal. Je ne peux pas te dire rationnellement pourquoi. C’est comme ça.

Cette douleur à forger la féministe que je suis.

Non pas que tout le malheur des femmes viennent des hommes, loin de la. Simplement des siècles de domination masculine ont modelé le cerveau des femmes.

En fait je veux juste que tu t’épanouisses, que tu sois une femme ou un homme. Je voudrais juste qu’il n’y ait pas de gâchis et que tu utilises tes dons quels qu’ils soient.

Le petit coup de pouce d’inspiration que je peux donner aux femmes, c’est mon Dada. Sorry Mister, je suis sûre que tu trouveras quelqu’un mieux placé que moi.

À quoi ça m’a servie de comprendre ma blessure ? À quoi ça peut te servir de comprendre la tienne ?

C’est un moteur, un moteur puissant pour avancer, entreprendre.

C’est aussi un outil pour être comprise, un peu.

Et donc pour te connecter au monde. Et c’est ça qui y est bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.