Ce que la théorie des 12 archétypes a fait pour moi

Ce que la théori des 12 archétypes a fait pour moi

Juste un mot.

C’est étrange comme un simple mot peut nous bloquer parfois.

Pour moi, il n’y a pas si longtemps, c’était le mot “artiste”. Je ne pouvais m’appeler ainsi. C’eût été prétentieux. “Suis-je assez prolifique ? Et ce que je crée, franchement, c’est de l’art ?” L’art étant associé (dans ma petite tête) à une idée de qualité. Qualité pour qui d’ailleurs ?!

Et puis en tant qu’artiste, à quoi sert-on ? Je fais du beau, et alors, quelle utilité ?

Bref, aucun problème pour m’appeler réalisatrice, monteuse ou même scénariste mais “artiste” ! Vade retro satanas !

Et puis comme la vie est bien faite, me voilà un jour devant un webinair de Marjorie Lombart où elle évoque la théorie des 12 archétypes.

Les 12 archétypes, c’est quoi ?

En quelques mots tirés du livre “l’anatomie du scénario” de John Truby :

Les archétypes sont les bases psychologiques fondamentales de telle ou telle personnalité; ce sont les rôles que les personnages peuvent jouer dans la société, leurs façons essentielles d’interagir avec les autres. Comme chacun d’entre eux peut s’appliquer de façon globale à tel ou tel être humain, les archétypes traversent les frontières culturelles et ont une portée universelle.

On les trouve sous différentes appellations mais l’idée est toujours la même : artiste, alchimiste, mr et mme tout le monde, fou du roi, héros, dirigeant, altruiste, romantique, sage, innocent, explorateur, rebelle.

Je l’avoue, j’en avais déjà entendu parlé puisque c’est une théorie utilisée pour l’écriture de personnages et qu’il m’arrive d’écrire des scénarios !

Et pourtant ce n’est que lorsque j’ai écouté ce webinaire que j’ai été frappée. Ce que je suis correspond parfaitement à l’archétype de l’artiste.

J’ai donc fais quelques recherches sur internet et je tombe sur la devise du profil artiste. Je te le donne en mille : “si vous pouvez l’imaginer, il peut être fait !”. Regarde un peu plus haut ma tagline : “Si tu peux le rêver, tu peux le filmer !” Il y a comme qui dirait de petites similitudes. Toutes petites !  

À ce moment là, il s’est passé quelque chose en moi. J’ai le droit ! J’ai le droit d’aimer le beau et d’en créer, juste comme ça. Et puis… Non seulement j’ai le droit mais j’en ai le devoir. Puisque nous avons tous le devoir d’être nous, autant que possible.

Tout ça se résume en quelques mots :

Accepte-toi, va et Soi.

Ps : J’organise bientôt une rencontre informelle sur Lyon dans chouette lieu. Si tu es intéréssée, envoie moi un petit mail à cette adresse : oralineagnes@gmail.com. À bientôt !

Photo titre de Ian Schneider

Articles populaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.